Comment attraper une grosse Truite fario ?

La recherche d’un grand spĂ©cimen de Truite fario đŸ•”đŸ»â€â™€ïž

En France, je dirais qu’il y a 2 paliers accessibles : la prise d’une fario de 2 Ă  4 kg et celle d’une plus de 4 kg.

Nous sommes plus d’un pĂȘcheur Ă  le faire chaque annĂ©e, c’est donc possible. Et curieusement, pour un nĂ©ophyte c’est presque plus facile ou disons moins dur ! Parce qu’il n’a pas d’habitudes. Donc il aura moins de souci Ă  essayer d’autres façons de pĂȘcher et porter un autre regard sur une riviĂšre ou un lac. Un pĂȘcheur qui prend rĂ©guliĂšrement pas mal de truites aura bien du mal Ă  abandonner sa maniĂšre de pĂȘcher pour se consacrer Ă  la capture d’une grosse truite. Maudite routine !

Les farios de 5 ou 6 ou 8 kg existent. Elles ne se montrent pas ou peu. Il ne faut donc pas en dĂ©duire qu’il n’y en a pas sur votre riviĂšre prĂ©fĂ©rĂ©e si vous n’en avez jamais vues.

L’erreur est d’essayer de prendre la truite que tout le village connait. Elle est rusĂ©e, laissons lĂ  tranquille. RepĂ©rer un tel poisson se fait avec beaucoup d’observation, et pas besoin de canne pour ça. Passer du temps Ă  regarder, voilĂ  une qualitĂ© qui disparait ! Et une fois repĂ©rĂ©, ne pas se prĂ©cipiter. Personnellement j’attends un mouvement d’eau, une mĂ©tĂ©o changeante.

Je prĂ©fĂšre, au leurre, le dĂ©but et la fin de saison quand l’eau est froide et que ces truites se nourrissent plus volontiers de poisson. Un pĂȘcheur Ă  l’appĂąt ou Ă  la mouche risque de raisonner Ă  l’inverse. Il est toujours instructif d’écouter tout le monde… En lac ou en riviĂšre, c’est un but qui peut prendre du temps voir des annĂ©es. Un beau projet !

A l’étranger les donnes sont plus faciles. Il y a des pays comme la Nouvelle-ZĂ©lande oĂč les farios de 4 Ă  6 kg sont assez nombreuses. Et la terre de Feu oĂč les rĂȘves les plus fous peuvent prendre forme… En France nous avons la Dranse oĂč les truites farios de lac remontent pour la reproduction, lĂ  aussi les monstres sont possibles. Beaucoup de ces riviĂšres Ă  l’étranger ne sont accessibles qu’à la mouche artificielle. C’est d’ailleurs en ces lieux, la meilleure technique et de loin.

La truite marmorata est une sous espĂšce de notre truite commune.

Pour l’anecdote, il faut savoir qu’il s’est pris ces derniĂšres annĂ©es un ou deux poissons de plus de 20 kg, Ă  la mouche et en riviĂšre…

En savoir plus sur ce poisson :

Articles précédents du dossier

À propos de l’auteur

Guide de pĂȘche globe-trotteur, Julien nous livre ses expĂ©riences, ses anecdotes et son analyse sur certaines espĂšces qu’il a cĂŽtoyĂ©es. Loin d’ĂȘtre exhaustive, son approche peut ĂȘtre complĂ©tĂ©e par vos propres expĂ©riences. Si vous pratiquez une autre technique, ou que vous avez pĂȘchĂ© cette espĂšce dans d’autres contrĂ©es, n’hĂ©sitez pas Ă  complĂ©ter ce dossier 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *