La pêche comme style de vie avec Yoann Lebert

La pêche comme style de vie, c’est la vision de Yoann Lebert, un mordu qui a su lier son travail à sa passion puisqu’il s’occupe de la communication de plusieurs grandes marques du monde de la pêche,  Delalande en tête.

Bonjour Yoann, peux-tu nous dire depuis quand tu pêches, comment tu as commencé et ce qui t’a donné envie de continuer ?

Salut la team Fishfriender, merci beaucoup pour cette interview. Alors pour reprendre un peu « mon parcours pêche », je suis originaire de la région Nantaise et pêcheur depuis ma tendre enfance avec mon grand père un peu carpiste. J’ai vite basculé aux carnassiers durant ma période « collège ». À cette époque on pêchait déjà aux leurres souples avec les Mister Twister & King Delalande et bien entendu à la Mepps et au montage Drachkovitch !

De la plongée à la pêche

Lors de vacances entre potes sur la côte de Loire Atlantique, je mets pour la première fois la tête sous l’eau et découvre la chasse sous marine (qui me lâchera plus pendant de nombreuses années). A l’époque, mon ami Fabrice Vallée avait un petit bateau (Jeanneau de 3,6m sur-motorisé avec un 30ch). On allait mettre à l’eau en tracteur, commençait les repérages sur nos cartes papier et on essayait de débusquer les gros bars du Morbihan.

Puis la voiture a révolutionné nos parcours. J’ai eu la chance de parcourir quasiment toute la côte Française du nord au sud et de participer à quelques compétitions régionales et nationales. C’est alors que j’ai débuté avec mes premiers partenaires Navicom, Esclapez diving (nouvellement Epsealon) les kayaks Savager’s et la participation à des salons.

C’est en 2010 lors du Grand Pavois de la Rochelle que je rencontre Mr Alain Delalande. Puis en 2014, j’intègre la société Delalande en tant que responsable de communication en CDI et je reprend du coup à plein temps la pêche à la canne.

Tu pratiques la pêche en Mer et en eau douce ? As tu une préférence d’espèce ou de technique ?

De par mon vécu… j’ai beaucoup plus d’affinités avec les poissons marins. C’est un peu ma « zone de confort ». Je maitrise mieux l’approche, le matériel et le positionnement des poissons. De plus les combats sont souvent plus musclés. Mais la pêche en eau douce m’apporte beaucoup d’un point de vu technique et finesse. Je trouve que les deux sont vraiment complémentaires. De toute façon dans la pêche, je trouve qu’à chaque session on apprend beaucoup aussi bien à pêcher en rockfishing qu’au gros.

D’un point de vu espèce, j’ai une préférence pour le Denti aux leurres souples. C’est un poisson pas facile à duper et nous avons beaucoup de visibilité en Méditerranée. Il faut donc pêcher fin sur des poissons très puissant. C’est très tactique, subtile et il faut souvent de nombreuses heures sur l’eau pour atteindre « le graal ».

On peut penser que c’est une chance de pouvoir lier sa passion et son travail. Qu’en est-il au quotidien ?

Oui mon poste chez Delalande me permet effectivement d’aller très régulièrement à la pêche. Je passe approximativement 70% de mon temps au bureau et l’autre au bord de l’eau. À vrai dire même si c’est vraiment le top de vivre de sa passion, il m’arrive de traîner un peu les pieds lorsque les sessions difficiles s’enchaînent l’hiver quand le poisson est compliqué et que l’on peine à faire de l’image. Je prends mon travail souvent comme une compétition. Chaque session doit être productive afin de ne pas rentrer le soir bredouille en image donc comme tout sportif il faut s’entraîner et être dedans. Souvent en fin d’année, je fais une vraie « pause pêche ». Je sors rarement pour provoquer volontairement le « manque de pêche » afin d’attaquer la saison ultra motivé !

Donc pour revenir à la question oui c’est une vrai chance de travailler dans la pêche mais ça inhibe un peu la « passion ». Les sorties « loisirs » entre potes sans caméra & sujets imposés me manque parfois.

Comment es tu arrivé à ce poste de responsable com ? Combien de marques gères tu ?

La vie m’a fait migrer en Corse en 2009, ou j’ai crée ma société de développement Web et d’applications. Delalande faisait partie de nos clients pour la réalisation du site internet et logiciels interne. Actuellement je suis employé en CDI intégralement pour Delalande.

Delalande Team

J’ai aussi la chance de collaborer avec de nombreux partenaires comme Lomac (fabricant de semi-rigide), Mercury (motoriste marine), Hanroad (Equipementier de camping car), Corsil marine (chantier naval), Navicom (électronique), RodHouse (distributeur de blanks et accessoires), Bâmboo Rods (monteur de cannes), Helly Hansen (Vêtements), Mouche Devaux (accessoires truite), HPA (Bagagerie) et plus récemment Instinct Bass boat (importateur de Bass boat)

Quels sont les défis que tu rencontres dans ton travail ? Trouves tu que le monde des réseaux sociaux a évolué en quelques années ?

Le plus gros défis que l’on rencontre au quotidien c’est vraiment de travailler avec du vivant : les poissons. Comme je le dis souvent il est plus facile de faire un pub pour une cannette de Coca qu’un poisson …. on a moins de chance de rentrer « bredouille ». On a la chance chez Delalande d’avoir une large gamme de produits ce qui me permet de couvrir les situations sur de nombreux poissons ce qui facilite un peu le travail. Cependant je m’attache vraiment à décortiquer tous nos produits pour mieux renseigner les pêcheurs et donner des clés de la réussite aux pêcheurs, du débutant au confirmé.

Au niveau des réseaux sociaux, c’est clair qu’il y a énormément de changements et c’est hallucinant de constater à quelle vitesse les habitudes des internautes changent. Il est donc hyper important pour moi de suivre le fil. Notre structure chez Delalande me permet d’être relativement autonome dans notre stratégie de com’ sur les réseaux sociaux. Ainsi, de brefs échanges avec Sandrine (responsable Delalande) nous permettent d’être réactif et de vite changer notre fusil d’épaule.

Tu es également présent sur YT. Comment te positionnes tu par rapport aux nombreuses chaînes et pourquoi ce choix ?

En 2014, lorsque que je suis arrivé à ce poste, la marque « Delalande » était un peu rangée dans les marques « has been » en rivière et « méconnue » en mer. En 2018, Delalande fait parti des leaders en terme d’audience sur Facebook et sur Instagram mais j’ai trouvé qu’il nous manquait quelque chose avec ces canaux. Par l’intermédiaire de la D’Team, Delalande reste une famille accessible de pêcheurs qui ne se prend pas la tête (ni trop au sérieux d’ailleurs) mais c’est ce qu’on aime dans la pêche.

La pêche, une histoire de partage et d'amitié

Les canaux classique comme Facebook ou Instagram ne me permettaient pas de retranscrire ceci. J’ai donc trouvé que l’utilisation de Youtube pourrait nous permettre d’être beaucoup plus proche de notre communauté de pêcheur. C’est pour ça que Fishing Lifestyle est né avec l’ami Kéké. L’objectif est de passer du temps sur le terrain avec les pêcheurs et raconter un peu le backstage Delalande. Mais c’est clairement un « travail de fou ».

D’ailleurs je le dirais jamais assez mais un gros « big up » à tous les Youtubeurs Pêche pour le travail qu’ils fournissent depuis des années.

Au niveau du positionnement, nous sommes parti de zéro il y a 6 mois donc il faut réussir à faire sa place dans le « milieu ». On apprend beaucoup mais on est vraiment super content de l’engouement avec déjà 1600 abonnés, presque 100 000 vues et notre nouvelle charte graphique que l’on vient de terminer mais surtout de super rencontres et d’échanges ! D’un point de vue humain c’est juste énorme et un gros « kiff ». On réserve pas mal de surprises à la rentré de Septembre avec des projets en tête, pas mal de déplacements et surtout le retour de Kéké (qui lui est en pleine saison avec son travail).

Un petit mot sur FishFriender, que penses tu de la démarche ? Avais tu pour habitude de tenir un carnet de pêche ?

Concernant FishFriender, j’ai découvert l’équipe dans un premier temps au salon de Clermont en 2018 avant de connaitre l’application. J’ai trouvé votre dynamisme et votre motivation super fédérateurs avec le monde de la pêche et les pêcheurs. Ça fait plaisir ce vent de fraicheur ! Au niveau de l’application, je la trouve aussi vraiment pas mal et bien pensée. Cela permet aux pêcheurs de tenir à jours leurs albums photos tout en ayant la possibilité d’enregistrer de nombreux paramètres permettant de faire des statistiques. Un cloud amélioré, adapté pour le milieu et gratuit … what else ?!

La délivrance est proche pour le thon et pour le pêcheur

De mon côté, d’un point de vu professionnel mon carnet de pêche …. c’est un peu mon Lightroom avec presque 10 000 photos à gérer par an. Mais du côté loisir, il est clair que l’accessibilité de l’application risque de me faire partager les plus beaux clichés sur Fishfriender ! Restez donc connectés et n’hésitez pas à m’ajouter en ami sur l’application.

Ca sonne au bout du fil

🐟  Une idée de sujet ou envie de contribuer au Blog FishFriender ? N’hésitez pas à nous contacter ! Et si vous allez pêcher ce week-end, n’oubliez pas de prendre des belles photos & d’enregistrer vos prises sur l’application FishFriender !  

2 réflexions sur “La pêche comme style de vie avec Yoann Lebert”

  1. Pour avoir rencontrer Yoann c’est vraiment un gars très sympa simple avec qui on rigole et se prends pas la tête et ça c’est super

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *