L’espadon, poisson mythique par Samuel Urbain

Samuel Urbain n’est pas un pêcheur ordinaire. Sa passion, c’est l’Espadon, et on peut dire qu’il en connait un rayon. lorsque nous lui avons demandé de partager son expérience avec la communauté FishFriender, il a répondu présent sans hésitation. Destinations, technique, matériel… Samuel nous livre ses meilleurs conseils pour attraper ce poisson mythique !

Bonjour Samuel, peux-tu nous expliquer d’où tu viens et comment tu as découvert la pêche ?

Bonjour à tous ! Je vis actuellement à Sainte-maxime dans le Var. J’ai débuté la pêche en Belgique, d’où je suis originaire, et plus précisément en bord de Meuse. On partait à la recherche des poissons d’eau douce avec mon père et mon arrière grand-père.

Avant de revenir sur la pêche de l’espadon, dans laquelle on peut dire que tu es passé maître, pratiques-tu d’autres techniques pour d’autres poissons ?

Oui ! J’ai commencé à pratiquer la pêche en Méditerranée, il y a un peu moins d’une vingtaine d’années. J’ai débuté par la recherche des bonites, pélamides, loups, barracudas… En utilisant la technique de la pêche à la traîne. Quelques années plus tard, je me suis initié à la pêche au thon au large des Îles d’Hyères, en traîne rapide. Je me suis également inité à celle de la sériole et du denti , en traîne lente cette fois, ainsi qu’au vif, au jig et aux leurres souples.

Revenons donc à nos espadons. Ce poisson est un mythe pour beaucoup de pêcheurs. Tu as la chance d’en capturer souvent ?

L’Espadon est « Le » poisson mythique que tout pêcheur rêve d’avoir au bout de sa ligne et c’est justement pour cela que je me suis toujours intéressé à celui-ci ! Et, depuis quelques années, j’en capture très régulièrement. Parfois même plusieurs spécimens sur la même journée !

Comment se déroule une sortie type de pêche à l’espadon ?

Nous partons tôt le matin excités, impatients de passer une agréable journée de pêche et d’en découdre avec ces gladiateurs ! Après un petit moment de navigation pour rejoindre nos différentes zones de pêche, nous préparons le matériel et les appâts. Ensuite nous mettons en place notre seule et unique ligne à l’eau. Si certains jours nous pouvons avoir de l’activité rapidement, d’autres, nous devons patienter quelques heures. Et dans de rares cas malheureusement, l’activité n’arrive jamais. Puis, nous rentrons généralement avant la tombée de la nuit. Ce sont de longues journées !

Il faut donc une bonne dose de rigueur et du matériel conséquent pour s’attaquer à ce poisson (bateau, instrumentation…) ?

Oui, ce sont des poissons assez compliqués à cibler ! La rigueur et la persévérance sont toujours nécessaires lorsque nous voulons pêcher de tels specimen !

Concernant le matériel, c’est une technique assez complexe à réaliser : il faut un équipement spécifique pour l’espadon. Malheureusement, la demande n’est pas assez conséquente donc nous ne trouvons pas le type de matériel adéquat ici. En effet, en Europe, même les grandes marques renommées, ne commercialisent pas ce genre d’équipement.

Pour l’embarcation, cette technique de pêche ne nécessite pas spécialement de très grosses unités car nous ne déployons pas de nombreuses cannes (contrairement au thon par exemple). Cependant, je vous recommande quand-même une motorisation assez conséquente pour pouvoir rejoindre les lieux de pêches et aussi en revenir assez rapidement. En effet, en cas d’orage ou de coup de vent imprévu, le plus important est d’être en sécurité à tout moment, quelques soient les conditions météorologiques.

Enfin, si un bon GPS et un bon sondeur peuvent être très utiles, il nécessaire d’avoir la bonne connaissance des poissons ciblés pour mettre de son côté le plus de chances de les capturer.

Quelles sont selon toi les meilleurs destinations pour pêcher l’espadon? En terme de quantité et/ou de taille ? 

Les meilleurs destinations sont multiples… ! Ici en Méditerranée, j’obtiens en « nombre de poissons » l’une des quantités les plus importantes au monde. Mais malheureusement leur taille est moins conséquente qu’ailleurs. La destination la plus connue est la Floride aux États-Unis, mais il y a également d’autres pays très intéressants comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Puerto Rico, le Mexique, le Kenya…

J’utilise une seule canne jusqu’à présent, même si je vais prochainement expérimenter le déploiement d’une deuxième ligne. La taille des poissons pêchés jusqu’à maintenant varie d’une dizaine de kilos à plus ou moins 140kg. Cependant, les poids les plus fréquemment rencontrés se situent entre 25kg et 60kg. Certains de mes amis, à travers le monde, ont même eu la chance de toucher des poissons de plus de 300kg. Ce qui est plutôt rare !

Il faut garder à l’esprit que l’objectif ne sera pas de pêcher les plus gros poissons mais plutôt d’avoir la plus grande fréquence et quantité de prises. Car c’est bien là où réside la difficulté.

Ici en Méditerranée, malheureusement ce type de taille de poisson est devenue extrêmement rare en raison de la surpêche. Et, les filets dérivants (interdits depuis quelques années ) et les longliners causent des dommages car certains pays ne respectent pas du tout leurs quotas… !

Certains pêcheurs outre-Atlantique ont d’ailleurs développés de nouvelles manières d’appréhender le poisson en journée il me semble, peux tu nous en dire plus ?

Concernant les techniques de pêches utilisées sportivement, la plus connue est la recherche de nuit. Mais depuis une petite dizaine d’années, la pêche de jour a porté ses fruits. Elle est devenue plus populaire car beaucoup plus confortable mais reste néanmoins nettement plus difficile à réaliser ! Les techniques de jour sont semblables mais peuvent varier fortement selon les régions, les courants et le comportement des poissons. Donc chacun adapte ses montages pour palier à ces différences. D’où la complexité de la recherche et de la réussite de cette pêche… Ce qui en fait tout le charme !

Nous ne sommes qu’une poignée de pêcheurs à être reconnu dans ce domaine. Une vraie amitié est née à travers le monde entier grâce à cette passion commune pour les épées ! Nous échangeons nos expériences ainsi que notre savoir et je trouve cela magnifique.

En parlant de la Floride, tu y es allé récemment, à quelle occasion ?

Je me suis rendu en Floride, en février dernier, à l’occasion de la remise des prix de la compétition internationale de « Tag and Release » (pêché-relâché).  Cette compétition est organisée par « The Billfish Foundation« , la plus grande fondation mondiale de la protection, la préservation et la recherche des poissons à rostre.

Lors de ce concours annuel, j’ai obtenu la première place de la catégorie « Top Tagging Angler Atlantic Swordfish » (Xiphias) c’est à dire meilleur taggueur en tant que pêcheur pour l’année 2017. Mon père à quant à lui reçu la distinction de « Top Tagging Captain Atlantic Swordfish » soit meilleur capitaine taggueur 2017 !

Peux tu nous expliquer ce que fait cette fondation ? Comment l’as-tu connue et comment collabores-tu avec eux au quotidien ?

Cette fondation à pour but, comme je l’ai déjà cité plus haut, de lutter pour la protection, la préservation et la recherche des poissons à rostres (espadon xiphias, marlin bleu, marlin noir, marlin blanc, espadon voilier…). J’ai connu cette organisation à travers les magazines de pêche internationaux et à l’occasion de mes divers voyages de pêche au gros…

Je pratique donc le « Tagging » pour cette fondation, ce qui consiste à marquer et identifier les poissons pêchés à l’aide d’un applicateur de balises. Celles-ci sont ancrées rapidement sous la peau du poisson, ensuite nous estimons le poids de celui-ci et le mesurons à l’aide d’une règle conçue à cet effet, puis nous relâchons le poisson. Avec les données collectées, nous créons sa carte d’identité personnalisée afin de connaître son évolution ainsi que ses déplacements.

Un petit mot sur la pêche en France, et l’image que peuvent avoir les pêcheurs par rapport à d’autres pays ? Une idée pour dynamiser cette image ?

La pêche en France n’est pas fortement réputée à l’étranger, nous ne sommes pas une destination de pêche renommée… Pourtant nous avons de très beaux poissons et de très bons pêcheurs ici ! Nous avons également de nombreux guides professionnels, qui sont en mesure de vous faire découvrir de magnifiques poissons et des régions d’exceptions !

Pour y remédier, nous devrions être encore un peu mieux représentés et soutenu par nos fédérations au niveau Européen. Et ainsi relever un peu plus la crédibilité de la pêche sportive et récréative Française, car nous sommes soumis à de nombreuses interdictions et dépendant de quotas minimes qui détruisent petit à petit le secteur économique halieutique Français !

Des projets pour la suite ? Où peut-on te suivre ?

Mes projets… continuer ma passion aussi longtemps que je pourrai le faire ! J’aimerais devenir guide de pêche dans le but de partager ma passion pour le Xiphias. Et pouvoir accueillir des pêcheurs du monde entier afin qu’ils puissent se confronter à ces colosses méditerranéens. Mais malheureusement, je manque actuellement de temps pour obtenir les brevets nécessaires pour exercer ce métier.

En attendant, je vous invite à découvrir mes nombreuses photos de pêche sur mon compte Instagram @urbainsamuel et vous abonner à ma page Facebook  sans oublier de me rajouter sur FishFriender 😉

🐟  Une idée de sujet ou une envie de contribuer au Blog FishFriender ? N’hésitez pas à nous contacter ! Et si vous allez pêcher ce week-end, n’oubliez pas de prendre des belles photos & d’enregistrer vos prises sur l’application FishFriender !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *